Polar’Osny “Le polar à travers les âges” 9-30 nov.


C’était en janvier 2018, la première édition de Polar’Osny avait remporté un vif succès. Forte de cette réussite, la ville persiste et signe avec cette seconde édition qui se décline à travers les âges. Une plongée dans le mystère au gré des époques : le Londres de Jack l’Éventreur, le Moyen Âge, le XXe siècle… et le monde d’aujourd’hui avec ses nouvelles technologies. Suivez les indices de l’affaire, théâtre, expos, conférences, jeux… la clé de l’énigme sera dévoilée le 30 novembre au Salon du polar.
Téléchargez le programme

Chef d’accusation

Crime organisé en bande et récidive. Association de malfaiteurs. Polar’Osny persiste et signe. La ville d’Osny vous invite à la seconde édition du festival du roman policier, sur le thème du polar à travers les âges. Entrée gratuite.

Crimes et délits

La liste est longue ! Une pièce de théâtre en préambule (Le Cercle de WhiteChapel, 11 octobre), un concert (Jazz et Polar par le groupe Harlem Nocturne, 22 novembre), un grand jeu Mortelle soirée (23 novembre), expositions Lux in tenebris et Blogs en stock à la MéMO, des masterclasses et des ateliers d’écriture dans les établissements scolaires de la commune, une conférence de Gérald Péloux sur le roman policier japonais à l’université de Cergy (28 novembre), un salon du livre (30 novembre au forum des arts et des loisirs)  avec un conférence de Sacha Erbel sur la criminologie. Les toiles de la collection Ambiance Polar du peintre-écrivain Roland Sadaune seront exposées et pourront être gagnées par tirage au sort. Le prix Osny & Clyde de la plus belle couverture de roman policier sera décerné à l’issue du salon.

Scènes de crime

Elle sont multiples : MéMO, château de Grouchy, Forum des arts et des loisirs, Université de Cergy.

Témoins à la barre

Une trentaine de romanciers et de romancières spécialisés dans le polar pour tous les âges seront auditionnés le 30 novembre au salon du livre qui se tiendra au forum de 10h à 18h. Ils répondront à toutes vos questions, signeront leur déposition, et vous dédicaceront leurs romans.

Malik Agagna – Cicéron Angledroit – Thierry Berlanda – Cécile Cabanac  – Armelle Carbonel – Cyril Carrere – Sandrine Collette – David Coulon – Sandrine Destombes – Christophe Dubourg – Éric Dupuis – Sacha Erbel – Christine Feret-Fleury – Didier Fossey – Bob Garcia – Nick Gardel  – Gilbert Gallerne – René Manzor – Éric Mercier – Anne-Laure Morata – Cécile Pellault – Stanislas Petrosky – Jean-Christophe Portes – Bertrand Puard – Sandrine Roy – Roland Sadaune – Jacques Saussey – Romain Slocombe – Géronimo Stilton – Danielle Thiéry – Valérie Valeix – Lou Vernet – Isabelle Villain.

  • L’éditeur French Pulp : Mélie Wolff et Ophélie Cohen
  • La revue La Fringale Culturelle : Christophe Mangelle
  • La librairie Lettre et Merveilles : Laurence Hurard

Principale suspecte : la romancière Danielle Thiéry, la marraine de Polar’Osny 2019, est passée aux aveux.

Commissaire divisionnaire à la retraite et grande dame du roman noir, Danielle Thiéry a accepté d’être la marraine de cette 2e édition et de nous en dire un peu plus sur son parcours.

Une pionnière dans la police

« Ma grande fierté est d’avoir été l’une des premières femmes officiers de police en France. C’était en 1969 et à l’époque, on ne pouvait être affectée qu’à la brigade des mineurs. Aujourd’hui, les choses ont bien évolué heureusement », confie Danielle Thiéry. Néanmoins, sa carrière est lancée, de la protection de l’enfance à la police criminelle en passant par la brigade ferroviaire, elle gravit tous les échelons, figure parmi les premières à passer le concours de commissaire et devient la première femme commissaire divisionnaire dans le pays.

Un passage par la case TV

Un jour, Michel Drucker l’invite dans l’une de ses émissions. « Il parle de moi aux producteurs de la série Navarro présents dans un studio voisin. Ma connaissance des trains et de la gare du Nord les intéresse, le concept de la série Quai n°1 est né ». Mais elle se retrouve rapidement en butte aux contraintes liées à la réalisation : lieux de tournage, décors, budgets… En plus, avec son métier très prenant, le temps lui manque pour écrire les scénarii, une équipe s’en charge, s’inspirant de certaines de ses affaires. « Je me suis sentie frustrée, pas assez libre d’écrire, avec le besoin d’exprimer les choses à ma guise et d’inventer des histoires sans me soucier de contraintes extérieures ».

Une retraite à fond dans l’écriture

« C’est mon espace de liberté ! Je vais de temps en temps au « 36 », j’aime me replonger dans cette ambiance, ressentir l’adrénaline. Mais assez vite, j’en perçois de nouveau les côtés sombres, alors je retourne à ma liberté », raconte-t-elle. À son actif, une vingtaine d’ouvrages, des polars, mais aussi des romans policiers pour la jeunesse et des  documentaires, quasi tous disponibles à la MéMO ou dans le réseau des bibliothèques de l’agglomération.

Alors si vous ne la connaissez pas encore, profitez des quelques mois d’ici novembre pour découvrir Féroce chez Flammarion, son dernier titre, ou Le Sang du bourreau, la première enquête de son héroïne le commissaire Edwige Marion, réédité en 2018 chez J’ai lu.

C’était en janvier 2018

Résultat du prix Osny & Clyde de la plus belle couverture de livre :
Le bal de ses nuits par Magali Le Maître aux éditions Fleur sauvage
Concepteur de la couverture : Bertrand Binois

Recueil des nouvelles policières écrites par les élèves de primaire lors des ateliers d’écritures.