Véro Lombard, sculptrice et Matthieu Berthod, photographe. Artistes animaliers


Exposition du 4 au 29 avril 2018
Vernissage le vendredi 6 avril à 19h

Le Slow art de Véro Lombard

Démarche artistique éthique et écologique, le Slow art de Véro lombard génère de magnifiques Boiseaux (oiseaux en bois flotté). Ces volatiles étonnants arpenteront la galerie de Grouchy : allons à leur rencontre…

Installée en bord de Loire d’où elle tire la matière première de ses œuvres, Véro Lombard fait le choix des meilleurs morceaux de bois, de céramique ou parfois même de plastique, pour insuffler à ses petits protégés Pinky, Désinvolte ou Sprint des attitudes bluffantes de réalisme, après des liftings bourrés de technique artistique. Son Slow art prône le respect de la biodiversité et la logique de recyclage. Entre rêve et ornithologie, les Boiseaux de Véro sont à la rencontre du bois, de son imagination, et de la vôtre !

Joker
Rencontrée
Piste silencieuse
La course du messager
Parcours

Diplômée de l’Institut d’arts visuels d’Orléans, Véro Lombard s’exprime dans les métiers de la communication, avant de favoriser son travail de plasticienne et d’animatrice d’ateliers. Récompensée dès son premier salon en 2013 par la ministre de l’écologie Ségolène Royal et invitée à exposer au ministère de l’écologie et du développement durable, elle participe en 2015 à la 18th Beijing Art Expo de Pékin, ou encore à Art en Capital sous la nef du Grand Palais à Paris. En 2017, elle était en résidence en Corée du Sud.

Courriel

Matthieu Berthod  Terre des rennes

Fatigués des clichés i-tech, aseptisés, et du rythme « 2.0 » ? Prenez un bol d’ère animale dans les photos de Matthieu Berthod. Cet adepte de trek extrême nous livre des images insensées de beauté brute : ressourcez-vous « graphique » !

Arpentant les paysages d’Islande, du glacier du Vatnajökull, de l’archipel norvégien du Svalbard, ou d’autres régions isolées, le jeune photographe se frotte à leur rudesse pour en tirer de sublimes images où l’on croise bisons, rennes, ours, petits animaux ou aurores féériques. En plus de l’amour qu’il porte à la nature, Matthieu Berthod cultive celui du graphisme : « J’aime ce qui est épuré. J’espère faire des photos proches de tableaux peints, très texturés, où l’on retrouverait presque des jets de peinture ». Il espère aussi que son travail rappelle l’urgence de préserver les contrées sauvages.

L'élégance
Regard croisé
Sauvage
Primitif

Parcours

En 2014, lors d’un long voyage dans l’Ouest américain, ce graphiste de métier tombe fou amoureux de photo animalière. Depuis, il trace sa piste : une exposition au théâtre Pierre Fresnay d’Ermont, une image exposée au Festival International de photographie animalière de Namur en Belgique puis le prix d’un concours d’un site spécialisé avec une image exposée au festival de photographie animalière de Montier-en-Der… Un artiste à suivre !

Courriel / Facebook