MéMO’Troc, RecycLivre, MAVO : donner une 2e vie aux ouvrages


Qui ne s’est jamais retrouvé avec une pile de livres ou de CD fraîchement achetés, et plus aucune place sur ses étagères pour les ranger ? Dans un établissement comme la MéMO, le même problème se pose lors du renouvellement des collections, mais à une bien plus grande échelle.

“MéMO’Troc” : un service d’échange gratuit de documents

Les MéMO’Troc sont fermées en raison des conditions sanitaires, jusqu’à nouvel ordre.

Les MéMO’Troc sont des boîtes à livres en libre service. Elles ont été réalisées par les services techniques de la ville, on les trouve sur la place des Impressionnistes, à la gare et devant le Château de Grouchy. Vous pouvez y déposer vos anciens livre et ainsi les partager avec d’autres lecteurs. Un seul impératif : déposez-y des livres dans l’état dans lequel vous aimeriez pouvoir les emprunter.

Tous les documents en bon état sont acceptés : romans, albums, mangas, bandes dessinées, documentaires, essais… dont la date de parution est de dix ans maximum. Les jeux de société et vidéo, CD, DVD  sont également acceptés.

La MéMO fait profiter de ses collections à d’autres publics

Pour faire place aux nouveautés, l’équipe doit chaque année réaliser du « désherbage », c’est à dire qu’ils suppriment des documents des étagères. Mais ils ne sont pas détruits, d’autres publics peuvent en profiter.

La bibliothèque de la Maison d’arrêt du Val-d’Oise (MAVO)

Cela passe d’abord par une convention de partenariat signée en 2018 avec le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation du Val-d’Oise, pour la bibliothèque de la Maison d’Arrêt du Val-d’Oise (MAVO). En novembre, la MéMO a effectué un dépôt de 817 documents (livres, CD, DVD et pour la première fois des BD), ce qui porte à 3 000 le nombre d’ouvrages depuis 2018. Une sélection adaptée à la population carcérale – uniquement des hommes majeurs ici – accessible à tous les types de lecteurs. Les BD ont beaucoup plu ; les polars ou romans de science-fiction sont appréciés ; les manuels de formation aussi. La lecture tient une place essentielle dans le milieu carcéral. C’est d’abord un droit pour les personnes détenues ; c’est ensuite l’accès premier à la culture qui vise à favoriser la réinsertion. C’est une manière de s’ouvrir sur le monde, un bol d’air frais, un booster. Le temps de détention doit être un temps de réflexion sur le sens de la peine, le livre peut être un moyen de prendre du recul, de développer de l’empathie.

RecycLivre

La MéMO fait également des dons à RecycLivre, une entreprise de vente en ligne d’ouvrages d’occasion à petits prix, relevant du champ de l’économie  sociale et solidaire. Des personnes en insertion travaillent sur la réception des livres, le stockage et la préparation des envois. 10% nets du bénéfice des ventes effectuées sont reversés à une association, soit 385 € depuis le début du partenariat. Le choix s’est naturellement porté sur Lire et Faire lire, dont les bénévoles interviennent dans les établissements scolaires de la commune afin de sensibiliser à la lecture les jeunes Osnyssois .