Jean-Pierre Duvergé et Loïc Langenhagen


Exposition de photographies et de sculptures du 3 au 28 mars à la galerie de Grouchy.
Vernissage : vendredi 6 mars à 19h
Présences des artistes : samedi 7 et dimanche 8 mars de 14h à 19h.
Deux artistes aux moyens d’expression différents sont réunis autour d’un thème commun : l’Afrique. Jean-Pierre Duvergé, photographe bien connu de l’agglomération de Cergy, nous propose une série de portraits au contraste brut qui caractérise ses œuvres. Loïc de Langenhagen, maquilleur professionnel depuis 10 ans, expose ses déesses longilignes laquées de couleurs éclatantes ou habillées de Wax, se tenant debout, les mains le long du corps, traduisant le rôle important des femmes dans la société.

Jean-Pierre Duvergé, photographe

Cet esprit libre, qui a grandi à Bordeaux, doit à la passion pour la mer sa rencontre avec la photographie. Pour en saisir la beauté, il apprend la photo par lui-même, il y a 50 ans au temps de l’argentique. Embauché en 1970 par le quotidien Sud-Ouest pour couvrir la Coupe de l’América, Jean-Pierre Duvergé déroule toute sa carrière à l’instinct : journaliste, chef de publicité, directeur de clientèle et même chasseur de têtes ! Ce dernier métier présageait d’ailleurs ce qui se passe à l’heure de la retraite. En effet, lors d’un voyage en Inde avec son épouse, il ressent une fascination irrépressible, non pas pour les paysages ou l’architecture, mais pour les visages, les âmes, inscrites dans chaque ride, chaque cicatrice, chaque sourire des individus croisés çà et là. L’Inde du sud, le Vietnam, l’Inde du nord, le Népal, l’Éthiopie, la Malaisie, le sud des États-Unis ont suivi, souvent en fonction des expositions à travers le monde. Et lorsqu’il rentre à Cergy, son lieu de résidence depuis 1981, c’est la révélation : il peut satisfaire cette soif du portrait sur le territoire cergypontain, là où il vit ! On peut aussi voyager chez soi, preuve en est sa série “Cergy’s Faces : une banlieue française” qui comprend 1200 portraits aujourd’hui.

En 2017, son  travail avait littéralement séduit la ville en mettant les Osnyssois au cœur des vœux 2017 grâce à leurs portraits exposés devant la MéMO et sur la carte de vœux. « À force de dire que notre diversité est une richesse, on oublie de la montrer, or l’acte véritable derrière ces mots, c’est d’aimer celui qui ne vous ressemble pas ! »

06 07 89 51 71 / courriel 

Loïc Langenhagen, sculpteur

Originaire de Normandie, Loïc de Langenhagen, réside à Saint-Germain-en-en-Laye et est maquilleur professionnel depuis 10 ans.C’est cette activité qui l’a amené, à travailler la couleur, la matière et la superposition. La femme est le sujet qui l’inspire dans la sculpture. Il les représente en déesses longilignes laquées de couleurs éclatantes ou habillées de Wax, se tenant toujours debout, les mains le long du corps, traduisant le rôle important des femmes dans la société.

Plus d’une quinzaine de « déesses », dont certaines assez hautes, peupleront ainsi la galerie, évoquant la féminité pour laquelle l’artiste alterne les jeux de courbes, selon les perspectives, et de contrastes, selon les matières : marbre, résine époxy, socle en chêne vernis, ou encore tissus wax (ce tissus africain qui offre une superposition des couleurs très contemporaine). Une place honneur sera réservée aux Déesses chamanes, ces déesses noires à la silhouette longiligne, inspirée de Giacometti.

Loïc de Langenhagen

Contact : 06 99 67 97 54 / courriel