Naissance et essor d’une collection


Château de Grouchy – 14 rue William Thornley
Ouverture : mercredis et jeudis de 14h à 17h et un dimanche par chaque mois.
Dimanches en 2019 : 13 janvier, 10 février, 10 mars, 14 avril, 5 mai, 30 juin, 8 septembre, samedi 21 et dimanche 22 septembre (journées du patrimoine), 6 octobre, 10 novembre et 15 décembre.
Fermeture estivale en août.

01 34 25 42 04/courriel

Le Musée William Thornley est soutenu et conventionnée par le Conseil départemental du Val-d’Oise.

Initiée dès 1981, la collection réunie par la Commune d’Osny a trouvé une place de choix dans les combles du château de Grouchy, superbement restaurés. Il s’agit de la seule collection publique en France dédiée à cet artiste. Deux rétrospectives (1881 puis 1994) ont permis de lui rendre la place qu’il mérite sur la scène de l’Histoire de l’Art. Au fil des ans, la collection s’est enrichie, grâce à la persévérance des équipes municipales successives.

Grâce au dévouement des bénévoles de l’Association des Amis de Grouchy, le musée est désormais ouvert au public deux après-midis par semaine. Depuis 2015, avec le soutien du Département du Val d’Oise, le musée présente désormais une exposition tous les deux ans, soit par roulement des pièces fragiles de la collection permanente, soit par emprunts extérieurs à des collectionneurs privés.

Les dernières acquisitions d’aquarelles de William Thornley
Portrait de William Thornley par Sabattini
Thornley, mais aussi Véron, Pissarro, Veyrassat et Duc

Les œuvres de Thornley sont déployées de façon chrono-thématique dans les deux salles principales. La troisième salle accueille les grandes compositions du paysagiste Alexandre René Véron (1826-1897) qui a également peint à Osny, ainsi que d’autres artistes : Jules-Jacques Veyrassat (1828-1893), Camille Pissarro (1830-1903) ou Edmond Eugène Duc (1856- ? )

Des textes généraux (kakémonos), des cartels développés et des « Petits journaux » permettent au public d’approfondir sa visite.

Jusqu’en 2022, la Ville et les Musées de Pontoise ont mis en dépôt le portrait de l’artiste, réalisé par son ami Sabattini vers 1930. Ainsi, comme à l’époque où il travaillait dans son atelier (disparu aujourd’hui), Thornley est-il à nouveau entouré de ses créations.