Frédéric de Reiset (1852-1926)

Lazare Weiller a, durant trois ans, considérablement remis en état le Château d’Osny avant de le vendre à Frédéric de Reiset qui poursuivra son œuvre de restauration jusqu’à sa mort, en 1926. Sa fille, Lilian de Reiset, marquise de Grouchy, sera alors la dernière propriétaire privée du domaine.

Le 5 novembre 1901, Lazare Weiller qui durant trois ans s’est employé à remettre le domaine d’Osny en état, lui rendant toute sa splendeur d’autrefois, vend le château, pour la somme de 325 000 francs à Frédéric de Reiset. Ce dernier poursuivra son œuvre de restauration et de décoration des différents salons et appartements avec le concours de l’architecte Paul Morel. A cette époque, la propriété se compose des éléments suivants :

« 1/ Du château Louis XVI, élevé sur terre plein, d’un rez-de-chaussée et de deux étages avec grenier au dessus couvert en ardoises. Ledit château dominant le parc comprenant au rez-de-chaussée, grand vestibule, salle à manger, salle de billard, grand et petits salons, cuisine, office. Au premier étage, auquel on arrive par un grand escalier et au deuxième étage, appartements de maître, chambres de domestique, lingerie et buanderie. Cour de service, basse-cour, étables,charreterie, écuries, remises, granges, maison de jardinier et grand jardin potager. 2/ Du parc dessiné à l’anglaise et renfermant pièces d’eau, rivière, prairies, massifs, orangerie et serres. »

Avec une patience digne d’éloge, il parvient au prix d’acquisitions successives à rétablir peu à peu le domaine tel qu’il était au XVIIIe siècle sous les familles de Nicolaÿ et de Lameth, à savoir d’une contenance de 105 hectares, regroupant notamment le parc et le bois appelé « La Garenne ».

Ainsi, Frédéric de Reiset s’est consacré à l'embellissement du château et lui a redonné sa prospérité, comme en témoigne Paul Jarry dans son livre intitulé Les Anciens Châteaux de France : « Calme et blanc, le château d’Osny continue à étaler sa masse régulière dans la verdure, tel un grand biplan au repos. Sous un aspect paisible, entouré de son parc qui l’abrite des regards indiscrets, il a l’air de somnoler, mais il vit, au contraire, d’une vie nouvelle que lui ont insufflée ses hôtes d’aujourd’hui, comme ses multiples rivières qui sillonnent ses jardins, et dont les eaux, dormantes en apparence, sont alimentées de mille petites sources vives, constamment en action. »

Qui était Frédéric de Reiset ?

Issu d’une famille d’origine alsacienne, Frédéric de Reiset est né le 6 mars 1852 à Lamentin en Guadeloupe où son père est propriétaire et administrateur de l’habitation Reiset, composée d’une plantation de canne à sucre et d’une raffinerie. Installé à Paris pour ses études, il entre comme employé à la Banque de France le 10 janvier 1872 à l’âge de 19 ans. Le 30 avril 1880, il devient inspecteur avant d’être nommé directeur de la succursale de la Banque de France à Lorient le 23 avril 1883.

Entre temps, il se marie à New-York, le 8 juin 1882, avec Joséphine alias Josie Downing, fille d’Augustin-Cornwall Downing, directeur de la 7ème Banque Nationale de New York et d’Eliza Bloodgood-Rogert. De cette union sont issus deux enfants nés à New York : une fille, Lilian, qui épouse à Osny en 1913, le marquis Jean de Grouchy, arrière- petit-fils du maréchal d’Empire (2), et un fils, Maurice, caporal au 67ème régiment d’infanterie, mort pour la France le 24 avril 1915, à laTranchée de Calonne, aux Eparges (Meuse), à l’âge de 25 ans. Décoré de la croix de guerre et de la médaille militaire à titre posthume, son nom est inscrit sur le Monument aux Morts inauguré au cimetière d’Osny en 1919.

Frédéric de Reiset démissionne de la Banque de France le 5 mars 1885 et continue cependant à exercer la profession de banquier jusqu’à sa mort survenue au château d’Osny le 12 août 1926, à l’âge de 74 ans. Son épouse, Joséphine Downing, décède, quant à elle, le 30 juin 1931 à Paris. Ils laissent alors pour seule et unique héritière, leur fille Lilian de Reiset, marquise de Grouchy, qui sera la dernière propriétaire privée du domaine