Les tribunes d'expression

Texte non communiqué

M. Benseddik - A. Martinez

L’ensemble des maires et des élus locaux ont vécu une difficile période de crise sanitaire qui a engendré des contraintes et des dépenses imprévues. Les maires ont néanmoins été là… Là pour leurs administrés et parfois, souvent même, le seul lien avec la population ! « Les maires en première ligne » est une expression presque devenue une lapalissade. En première ligne, oui, mais pour combien de temps ?

Combien de temps encore les communes vont-elles tenir dans cette incertitude budgétaire qui les contraint à construire un budget sans aucune visibilité… en ignorant le montant des ressources financières qui leur permettra de voter un budget à l’équilibre comme la loi l’exige, tout en continuant à offrir à leurs administrés les services à la population qu’ils sont en droit d’attendre ?

À Osny, le vote du budget a été reporté de deux mois tant il serait inconscient de bâtir un budget uniquement sur des incertitudes. Nous nous associons à la demande de l’Association des Maires d’Île-de-France qui, par voie de lettre ouverte à l’attention des parlementaires franciliens, crient leur peur de ne pouvoir répondre demain aux sollicitations de leurs administrés. La crise énergétique frappe l’ensemble de notre économie et nous voulons, devons, rester à l’écoute de nos concitoyens dont le quotidien va être durement impacté. L’explosion des dépenses énergétiques, non soutenable en l’état, va nous mettre face à des choix cornéliens que nous ne pouvons nous résoudre à envisager. Nous devons construire des logements, l’État nous l’impose, mais comment avoir ensuite les moyens d’investir pour assurer les services publics qui accompagnent l’accroissement de la population, à l’heure où certaines villes envisagent plutôt de fermer des services ? Les communes doivent pouvoir bénéficier de subventions complémentaires pour assurer le service public nécessaire !

Le dossier de cet Inf’Osny s’attache à vous présenter les pistes d’économie que la ville met en oeuvre et qui visent à une exemplarité au niveau de la sobriété énergétique mais, soyons clair, c’est une goutte d’eau en comparaison de ce que la commune devra payer si les collectivités ne peuvent bénéficier du bouclier tarifaire énergétique. Ces dernières années ont été particulièrement difficiles pour les élus locaux et les crises qui s’enchaînent rendent complexe l’exercice de nos mandats. Vous pouvez néanmoins compter sur vos élus de la majorité municipale pour défendre d’arrache-pied les services publics auxquels vous avez droit !

Je m’engage pour Osny