Scipion Louis de Nicolay

Le 3 juin 1833, Jeanne de Lameth fait donation à son fils, le comte Scipion-Louis de Nicolay, du château d’Osny où il est né en 1809. Deux ans auparavant, il avait épousé Amélie Hébert de Beauvoir, fille de Charles Hébert, marquis de Beauvoir et de Rose de Gueutteville.

A cette époque, Marie Lafarge, dans ses Mémoires, nous donne une description précieuse de cette propriété : “Je fus frappée en arrivant du grandiose et de la beauté d’Osny. Ce château, qui appartenait à la famille de Lameth,avait été donné à M. Scipion de Nicolay lors de son mariage avec Melle de Beauvoir. Sa blanche et grande terrasse se détache sur une vaste pelouse, un petit lac lui sert de miroir, des arbres centenaires assombrissent les allées tournantes du parc, des fleurs en égayent la beauté un peu sévère. L’intérieur répond au dehors du château. Les grands corridors avec leurs échos, le vaste escalier armé de plantes rares, la chapelle et le salon gothique en font une résidence princière.”

Scipion Louis de Nicolay, Maire d’Osny durant 31 ans

Un temps officier de cavalerie, le comte de Nicolay devient maire d’Osny en 1838, puis marquis en titre à la mort de son père en 1843, époque à laquelle tout semble aller encore bien dans ses affaires. Mais à partir de 1845, sa situation financière se dégrade progressivement. Le marquis de Nicolay emprunte dès lors d’importantes sommes d’argent atteignant, au début de l’année 1853, un total de 285 000 francs, ainsi que 53 inscriptions d’hypothèques. La ruine menace et la chose est de notoriété publique. Le 27 juillet 1853, le marquis de Nicolay, perdu de dettes, est donc obligé de vendre son château d’Osny, moyennant la somme de 150 000 francs, à l’industriel Jules Riottot, fabricant de papiers peints à Paris. Mais le produit de cette vente ne suffit pas à apurer ses dettes. Sa mère lui vient donc en aide en lui rachetant 120 000 francs de biens immobiliers sis à Osny. Scipion Louis de Nicolay s’installe dès lors chez ses parents au château de Busagny. Incorrigible, il emprunte désormais à sa mère, se trouvant ainsi débiteur de près de 140 000 francs sur sa succession en 1869.

Personnage peu commode et autoritaire, le marquis de Nicolay semble pourtant avoir été assez populaire, car il est triomphalement réélu à la tête du conseil municipal à dix reprises au cours du XIXe siècle. Maire d’Osny de 1838 à 1852, puis de 1855 à 1872, il est également décoré de la Légion d’Honneur en 1867. Il décède à Paris en 1877 à l’âge de 67 ans. Son corps a été transféré au cimetière d’Osny où l’on peut encore lire son épitaphe.